Le problème de l’analyse des troubles de la pensée dans le discours avec la personne schizophrène : proposition méthodologique - Inria - Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique Access content directly
Journal Articles L'Évolution Psychiatrique Year : 2022

The Issue of the Analysis of Thought Disorders in the Discourse of Schizophrenic Subjects: A Methodological Proposition

Le problème de l’analyse des troubles de la pensée dans le discours avec la personne schizophrène : proposition méthodologique

Abstract

Objective We are designing the beginnings of a methodology for the analysis of discursive disorders that will have the particularity of helping to pinpoint the discontinuous sequences that are most likely to signal the presence of thought disorders. We anticipate the development of a modeling system based on principles of pragmatic linguistics and formal semantics, which, applied to carefully selected discontinuous discourse sequences, will have a good chance of revealing the nature of the underlying thought disorders. Method We proceed to the analysis of the experimental literature in cognitive psychopathology that aims at identifying the cognitive processes, in this case related to semantic memory and executive functions, which are believed to define thought disorders. We confront this paradigm with other approaches in cognitive psychology and the philosophy of language that explore the language of thought. The combined theoretical and empirical findings allow us to arrive at a set of conjectures that anticipate the pragmatic and semantic properties of discourse transactions that are likely signs of disorders. Results We compare these conjectures with the results of a previous study on the discovery of four “proven” types of discontinuous sequences; and we show which of these sequences can thus be considered as symptomatic of thought disorders. In continuity, we analyze some of these sequences by testing some principles of semantic modeling in order to identify the nature of the disorders and thought operations underlying the relevant discontinuous sequences. Discussion We show that discursive thought disorders should not be considered simply as an expression of a dysexecutive syndrome but also as a device that is likely to affect more complex thought operations, such as the inferences involved in the representation system of the conversational context, in the meaning calculus of the utterances, and in the speaker's meaning calculus. Improving the heuristics of formal systems for recognizing discourse disorders and interpreting thought disorders on the basis of more appropriate and accurate semantic modeling may lead to the development of more discriminating and effective diagnostic tools. Conclusion The format of the formal systems that we have created will allow us to represent the interlocutory structure of the disorder in its natural context of expression with increasing precision, and should lead to the development of computerized tools to assist in diagnosis. Finally, the increased precision of formal modeling applied to communication disorders should also allow us to test the hypothesis according to which certain discursive configurations are based on thought disorders (in a broad sense) whereas others reveal cognitive dysfunctions that have to do, rather, with the conditions of possibility of discourse.
Objectif Nous concevons les prémices d’une méthodologie d’analyse des troubles du discours qui aura pour particularité d’aider à sélectionner les séquences discontinues qui ont le plus de chance d’être porteuses de troubles de la pensée. Nous anticipons l’élaboration d’un système de modélisation basé sur des principes de linguistique pragmatique et de sémantique formelle qui, appliqué à des séquences discursives discontinues judicieusement sélectionnées, aura de bonnes chances de révéler la nature des troubles de la pensée sous-jacents. Méthode Nous procédons à l’analyse de la littérature expérimentale en psychopathologie cognitive qui a pour objectif d’identifier les processus cognitifs, en l’occurrence liés à la mémoire sémantique et aux fonctions exécutives, qui sont supposés définir les troubles de la pensée. Nous confrontons ce paradigme à d’autres approches en psychologie cognitive et en philosophie du langage qui s’intéressent au langage de la pensée. Les constats d’ordre théorique et empirique combinés auxquels nous parvenons nous permettent d’aboutir à un ensemble de conjectures qui anticipent les propriétés pragmatiques et sémantiques des transactions discursives susceptibles d’être porteuses de troubles. Résultats Nous confrontons ces conjectures aux résultats d’une étude antérieure portant sur la mise au jour de quatre types « avérés » de séquences discontinues, et nous montrons lesquelles de ces séquences peuvent ainsi être considérées comme porteuses de troubles de la pensée. En continuité, nous analysons certaines de ces séquences en testant certains principes de modélisation sémantique afin d’identifier la nature des troubles et opérations de pensée sous-jacents aux séquences discontinues pertinentes. Discussion Nous montrons que les troubles de la pensée en discours sont à envisager non pas simplement comme l’expression d’un syndrome dysexécutif, mais également comme un dispositif susceptible d’affecter des opérations de pensées plus complexes comme les inférences impliquées dans le système de représentation du contexte conversationnel, dans le calcul du sens des énoncés et dans le calcul du sens du locuteur. L’amélioration de l’heuristique des systèmes formels de reconnaissance des troubles du discours et d’interprétation des troubles de la pensée sur la base d’une modélisation sémantique plus adaptée et plus précise peut conduire à l’élaboration d’outils diagnostiques plus discriminants et plus efficaces. Conclusion Le format des systèmes formels auquel nous parvenons permettra de représenter de plus en plus précisément la structure interlocutoire du trouble dans son contexte naturel d’expression, et devrait conduire à la mise au point d’outils informatisés d’aide au diagnostic. Enfin, le gain en précision de la modélisation formelle appliquée aux troubles de la communication devrait aussi nous permettre de tester l’hypothèse selon laquelle certaines configurations discursives s’étayent plutôt sur des troubles de la pensée (en un sens large), alors que d’autres révèlent des dysfonctionnements cognitifs qui ont à voir, plutôt, avec les conditions de possibilité du discours.

Dates and versions

hal-03724030 , version 1 (15-07-2022)

Identifiers

Cite

Michel Musiol, Manuel Rebuschi, Samuel Buchel, Amandine Lecomte, Philippe de Groote, et al.. Le problème de l’analyse des troubles de la pensée dans le discours avec la personne schizophrène : proposition méthodologique. L'Évolution Psychiatrique, 2022, 87 (2), pp.347-369. ⟨10.1016/j.evopsy.2022.04.004⟩. ⟨hal-03724030⟩
108 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More