Toward the Comprehension of the Infrared to Submillimeter View of the Interstellar Medium of Nearby Galaxies - IRFU-SAP Access content directly
Theses Year : 2010

Toward the Comprehension of the Infrared to Submillimeter View of the Interstellar Medium of Nearby Galaxies

Abstract

This thesis aims to study the interstellar medium (ISM) of nearby galaxies to characterize the phys- ical properties of the gas and dust. We especially focused our study on low-metallicity galaxies of the Local Universe, ideal candidates to study the influence of metal enrichment on the ISM properties of galaxies. Previous studies have shown that the Spectral Energy Distributions (SEDs) of low metallicity galaxies differ significantly from those of massive galaxies and that the dust-to-gas mass ratio (D/G) of the galaxy could be dependent of the metallicity. Observations of low-metallicity galaxies also often led to the detection of an excess at submillimeter (submm) wavelengths not always accounted for in usual SED models. Further studies and observations had to be performed to better cover the far-IR to submm range and probe the coldest phase of dust. We adopt a multi-wavelength approach to model and analyse the SEDs of 4 low-metallicity galaxies observed with LABOCA at 870 μm. We estimated the fraction of cool dust to be significant compared to the total dust mass of the galaxies. Some D/Gs are incoherent compared to what is expected from the current chemical evolution model, revealing possible reservoirs of gas not detected by current HI or CO observations. I enlarged the first sample to a wider range of metallicities and showed that submm measure- ments significantly affect the dust mass estimates of galaxies. For dustier galaxies for which the SED usually peaks at longer wavelengths, submm fluxes are crucial to position the peak and the Rayleigh-Jeans slope of their SED. For low-metallicity galaxies, the submm wavelength domain harbours an excess that may imply a large amount of very cold dust. Our results confirm that low-metallicity galaxies can exhibit a submm excess when observed at longer wavelengths. Obtaining a more precise inventory of the cold dust and resolve the main actors of dust evolution in massive star forming regions and molecular clouds was the logical following step. We obtain LABOCA observations of a resolved star forming region of the Large Magellanic Cloud (LMC), the N158/N159/N160 complex, situated in the south of the 30 Doradus complex. The proximity of the LMC enables us to resolve structures of a few parsecs at the LABOCA resolution to model the SEDs of individual and isolated regions across the complex and get a handle on the temperature distribution of the dust (hot, warm, cold). I am also comparing the dust distribution with the Hi, CO and Hα observations to spatially quantify the variations of the D/G. I finally present the first Herschel observations of the galaxies NGC 6822 and NGC 1705, two low- metallicity galaxies observed as part of the Science Demonstration phase of the telescope launched in May 2009. In NGC 6822, we model the SEDs of some Hii regions and less active regions across the galaxy and find that the SEDs of Hii regions show warmer ranges of dust temperatures. We derive very high dust masses when graphite is used in our model to describe carbon dust. Using amorphous carbon, instead, requires less dust mass to account for the same submm emission due to its lower emissivity properties. This indicates that SED models including Herschel constraints may require different dust properties than commonly used.
Cette thèse s'attache à l'étude du milieu interstellaire (MIS) des galaxies proches afin de mieux comprendre les processus physiques de ses composantes de gaz et de poussière. Nous nous sommes principalement concentrés sur les galaxies de faible métallicité pour étudier l'influence de l'enrichissement en métaux sur les propriétés du MIS. Les études précédentes ont montré que les densités spectrales d'énergie (SED) des galaxies à faible métallicité présentaient des différences notables avec celles des galaxies plus massives. Le rapport en masse poussière sur gaz (D/G) semble d'ailleurs dépendre de la métallicité. L'observation de ces galaxies conduit souvent à la détection d'un excès submm qui n'est pas pris en compte dans la modélisation actuelle des SEDs. Des études complémentaires sont donc nécessaires pour comprendre les phénomènes physiques liés aux différentes populations de grains de poussière responsables de l'émission IR/submm et d'en sonder les composantes froides. Nous avons adopté une approche multi-longueur d'onde pour modéliser les SEDs de 4 galaxies à faible métallicité observées avec LABOCA (870 μm). La fraction de poussière froide de ces galaxies semble être importante au regard de leur masse totale. Certains D/Gs ne correspondent pas aux prédictions des modèles d'évolution chimique et suggérent la présence de réservoirs de gaz moléculaire non détecté par les observations actuelles en HI et CO. Nous avons élargi cet échantillon à un intervalle plus varié de métallicité et montré que les contraintes submm affectent significativement la masse de poussière totale. La modélisation des galaxies riches en poussière dont les SEDs piquent généralement à grande longueur d'onde nécessite des contraintes submm pour échantillonner à la fois le pic et la pente submm de leur SED. Les galaxies à faible métallicité, quant à elles, peuvent présenter un excès en submm. Cet excès a des conséquences importantes sur la quantification de la masse de poussière et sur la caractérisation de cette poussière froide. Il nous fallait maintenant faire l'inventaire complet de cette population froide de grains et résoudre les principaux acteurs de l'émission IR et submm dans les régions massives de formation d'étoiles et dans les nuages moléculaires. Nous avons obtenu des observations LABOCA du complexe N158/N159/N160, une région intense de formation d'étoiles dans le Grand Nuage de Magellan, située au sud de 30 Doradus. La proximité du nuage de Magellan nous permet de résoudre des structures de quelques parsecs à 870 μm avec LABOCA. Cela permet d'effectuer une étude spatiale de l'évolution des SEDs à travers le complexe afin d'étudier la distribution de température des grains. Je compare également la distribution IR et submm avec les observations déjà disponibles en HI, CO et Hα afin notamment de réaliser une étude spatiale du D/G. Je présente enfin les premières images Herschel des galaxies NGC 6822 et NGC 1705 observées lors de la phase SD du télescope lancé en mai 2009. Pour NGC 6822, nous avons modélisé les SEDs de régions HII ainsi que de régions moins actives. Les SEDs des régions HII présentent des intervalles de températures plus chauds. Nous obtenons des masses de poussières importantes lorsque les graphites sont utilisés pour décrire la poussière carbonnée. L'utilisation de grains de carbone amorphe diminue ces masses de poussière. Cela semble indiquer que les modèles de SED incluant des données Herschel nécessitent l'utilisation des propriétés différentes des poussière.
Fichier principal
Vignette du fichier
GALAMETZ_PhDthesis.pdf (20.94 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

tel-00555151 , version 1 (12-01-2011)

Identifiers

  • HAL Id : tel-00555151 , version 1

Cite

Maud Galametz. Toward the Comprehension of the Infrared to Submillimeter View of the Interstellar Medium of Nearby Galaxies. Astrophysics [astro-ph]. Université Paris-Diderot - Paris VII, 2010. English. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-00555151⟩
365 View
238 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More